Der Kranich als Friedenssymbol

Internationale Friedensschule Bremen
Ort Der Begegnungen Der Generationen Und Kulturen

  allemand   Kontakt   Impressum   Bürgerhaus


Le camp extérieur à Bahrsplate, Bremen-Blumenthal
Site commémoratif "Roses pour les victimes"

Rede von vanden Eynde am 04.11.2009

Inauguration de la "Pierre de l'espoir" le 4 novembre 2009

Camp de Blumenthal, kommando du camp de concentration de Neuengamme

Bref aperçu

Le camp de Blumenthal exista officiellement du 27 septembre 1944 au 20 avril 1945. Les témoignages d'après-guerre donnent cependant à penser que les premiers convois en partance de Neuengamme y arrivèrent dès la 2e moitié du mois d'août 1944; l'évacuation du camp eut lieu entre le 7 et le 9 avril 1945. Les effectifs ont dû varier entre 500 et 1000 détenus en moyenne. Un rapport de Neuengamme recense 929 personnes à la fin du mois de mars 1945. Une partie des prisonniers fut transférée, peu après Noël 1944, au camp de Schützenhof, une mesure qui visait à les rapprocher de leur lieu de travail, le chantier "Hornisse" à Bremen-Gröpelingen.

Les Belges constituaient très vraisemblablement la nationalité la plus fortement représentée; du moins durent-ils déplorer le plus grand nombre de décès: 91 sur un total de 123 déportés selon une liste du camp (qui n'est peut-être pas exhaustive). A défaut de statistiques valables, il n'est toujours pas possible de préciser les contingents des autres nationalités. La liste des morts nous permet de présumer que les Français, les Polonais et les prisonniers soviétiques étaient les plus nombreux (après les Belges).

Le camp, entouré d'une double enceinte barbelée, consistait en 8 baraques (2 à 4 chambrées, entre 30 et 50 personnes chacune), en plus des baraquements de fonction comme la "Schreibstube" (secrétariat), le "Revier" (l'infirmerie), les cuisines, les sanitaires (qui servaient aussi de morgue), la baraque d'habillement, les WC. Les déportés étaient surveillés par des membres le plus souvent âgés de la "Kriegsmarine", des soldats de réserve. Ceux-ci étaient logés dans des baraques avoisinantes. Le contrôle du camp était assuré par une équipe de trois SS, dont le chef du camp, le Hauptscharführer Johann-Richard vom Endt (1904 - 1962). La majeure partie des déportés devait travailler dans des entrepôts désaffectés transformés en ateliers de mécanique et cédés en bail par la "Bremer Wollkämmerei" à la Deschimag.1 Le lieu de travail se trouvait à 1 km du camp; les prisonniers devaient fabriquer des pièces détachées dans le cadre du projet "Valentin", une base pour sous-marins en cours de construction à Bremen-Farge.

Un autre groupe d'environ 200 personnes était embarqué tous les jours sur une barcasse qui remontait le fleuve de la Weser jusqu'à Gröpelingen, un kommando particulièrement éprouvant vu que le trajet étirait considérablement la journée de travail. Un groupe de 170 juifs, arrivés en novembre 1944, en faisait partie. Le taux de mortalité était nettement plus élevé dans les commandos de construction, exposés aux intempéries, les détenus affectés aux commandos de production étant mieux protégés des aléas climatiques.2 Si le camp de Blumenthal affiche un taux particulièrement élevé de mortalité par rapport à d'autres camps annexes de Neuengamme du même genre, il faut supposer d'autres facteurs, comme le mauvais traitement ou la malnutrition.

Les témoignages des rescapés d'après-guerre en disent long à ce sujet.

Deux événements sont particulièrement restés gravés dans la mémoire des survivants: la pendaison publique de deux prisonniers et une tentative d'évasion.

Deux Polonais avaient été condamnés à mort pour fait de "sabotage"; ils s'étaient procuré une courroie à l'usine pour la transformer en ceinture.

Ils furent pendus devant l'ensemble des détenus, alignés en rangs. Le camp se trouvant sur le bord de la Weser et en périphérie de la ville de Blumenthal, les balcons et les fenêtres des maisons, tout comme les peupliers longeant la rive du fleuve étaient comblés de curieux.

Un noyau de résistants, pour la plupart des Français, avait réussi à creuser un tunnel sous la double enceinte qui entourait le camp, en commençant par ouvrir le plancher de la baraque no. 7, projet facilité par le fait que le bloc était vide du fait de l'absence de l'équipe de nuit. Le plan échoua; il avait fallu prendre des risques en stabilisant le plafond et les parois du tunnel avec des lattes et des poutres de tout genre, et le sable meuble céda sous le poids d'un véhicule qui longeait l'enceinte du côté du rivage. Deux Français, interrogés par les SS, déclarèrent avoir travaillé seuls. Ils furent sévèrement punis, mais réussirent à survivre.

Au moment de l'évacuation du camp, entre le 7 et le 9 avril 1945, les détenus furent dans leur majorité contraints de suivre ce qui fut appelé plus tard la "marche de la mort". La première station en fut pour eux le kommando de Bremen-Farge. S'ils arrivaient à survivre aux fatigues de la marche au cours de laquelle les plus faibles qui ne pouvaient suivre étaient abattus par les gardiens, un grand nombre d'entre eux périrent le 3 mai 1945 dans des navires qui coulèrent dans la baie de Neustadt (Mer Baltique), près de la ville de Lübeck.

A consulter:

1) Marc Buggeln, Arbeit & Gewalt. Das Außenlagersystem des KZ Neuengamme (2009)
2) Wolfgang Benz (Hrsg.), Barbara Distel (Hrsg.), Der Ort ders Terrors, t. 5 (2007)

Karsten Ellebrecht, le 06 août 2013
Email: Karsten.ellebrecht@gmail.com


Jean-Marie Vanden Eynde Matricule B-44595:
Discours du 4 novembre 2009, Bremen-Blumenthal

Chers amies et amis de la région de Brêmen-Blumenthal,
Messieurs, Mesdames

Au nom des Prisonniers Politiques de toutes les Nations qui ont été ici, à Blumenthal, été obligés de subir les affres du régime carcéral Nazi, permettez-moi de vous féliciter et de vous remercier pour votre travail.

Votre très bonne idée de réaliser ce mémorial avec nom et dates de nos 123 concentrationnaires décédés ici en 1944-1945 mérite toute notre attention.

Jusqu'à présent, à notre question cherchant à connaître le lieu de leur sépulture, les historiens nous certifient que, d'une fosse commune des environs de Farge, ces corps ont été solennellement transférés vers le cimetière d'Osterholz.
Cette réponse est très globale!

Ainsi dès ce jour, par ce cénotaphe, les familles ou toute autre personne s'intéressant au sort de leurs êtres chers auront ainsi la possibilité de retrouver le lieu concret de leur décès.

En ce lieu de recueillement, par cette oeuvre que nous inaugurons, j'ai retrouvé le nom de mon compatriote Descamps Edouard qui souffrant de furoncolose, décéda après un court séjour au "rivier" du camp.
Je me rappellerai toujours, qu'en attendant le jour de la semaine qu'un charretier emmènera sa dépouille, Edouard resta au sol, son corps nu, exposé devant l'entrée du bloc sanitaire complètement gelé par la température glaciale extérieure!

Egalement en consultant la liste des 123 morts, j'eus l'heureuse surprise d'y retrouver le nom d'un russe Nikolas! Nikolas, dont je n'ai jamais connu son nom de famille, fut le chef d'équipe des électriciens dont je fis partie.
Un jour, au travail, il se fit une entaille dans la main en formant une fine tôle d'acier doux.
Par manque de désinfectants à l'infirmerie du camp, sa plaie devint gangreneuse et on lui coupa la main. Ensuite son bras fut coupé, ete après de douloureuses souffrances, il mourut.

Je me rémémore la mort par pendaison publique sur la place d'appel des deux polonais qui eut lieu vers la fin de l'année 1944. Je ne connaissait pas ces malheureux, et pourtant j'ai retrouvé leurs noms et la date d'exécution!

Par ces anecdotes, je veux vous prouver que votre mémorial lèvera les doutes lors des pèlerinages des familles et de leurs proches qui, je puis vous le certifier, sont, encore à ce jour, à la recherche des disparus!

Parmi ceux-ci, nous dénombrons 87 de mes compatriotes belges ! Ce chiffre me laisse pantois, sachant que les 36 autres décédés appartiennent encore à sept autres nationalités.

Puissions-nous ne plus jamais connaître des périodes, tels que celle des années 1933-1945, qui plongea dans la misère des populations entières à cause d'un dictateur assoiffé de gloire vaniteuse.

Je souhaite longue vie à votre association et à son oeuvre.

En vous remerciant amicalement, je vous dis au revoir.



Respectueusement je m'incline au souvenir de ces 123 victimes qui, en à peine une année, ont perdu prématurément leurs vies enfermés ici en ce camp de concentration Nazis.
Je vous invite à nous recueillir en leur mémoire.


Jens Böhrnsen spricht zur Einweihung des
                "Stein der Hoffnung"

Allocution de Jens Böhrnsen, Président du Sénat de Bremen


Pierre Billaux, Chambois, France
Lettre aux jeunes allemands

Jeunes amis allemands,

Je suis un ancien du camp de concentration de Bahrsplate;
J'avais votre âge,19 ans, quand j'étais déporté en ce lieu maudit. C'est, en effet, suite à la dénonciation d'un français, collaborateur, qui nous soupçonnait un groupe de personne et moi, dont l'un a été abattu, d'appartenir à la Résistance, que nous avons été arrêtés par la Gestapo et les SS, à Chambois, mon village de Normandie, le 3 mai 1944, quelques semaines avant le débarquement allié sur les plages normandes.

Je ne tiens pas à m'appesantir sur la vie extrêmement dure qui nous a été faite dans ce camp, à mes camarades et à moi-même, au mépris de tout respect de nos personnes.
Cependant j'ai eu la chance d'en être sorti et devenir le vieil homme de 84 ans d'aujourd'hui.

Je dois vous dire que mes sentiments envers l'Allemagne et les Allemands à mon retour des camps n'étaient pas tendres. J'en voulais à ce peuple qui avait accepté Hitler et le nazisme.

En 1953 avec un camarade Belge de Liège, déporté lui aussi à Bahrsplate, nous sommes retournés en voiture à Neuengamme et à Blumenthal. A Neuengamme l'accès au camp, devenu un important pénitencier était interdit et il nous fallut forcer l'entrée pour que je puisse prendre des photos, devenues depuis des documents. A Blumenthal, on ne nous a pas permis de revoir nos anciens ateliers en bordure de la Weser. L'ensemble de nos anciens bloks, entourés de jardins potagers et de fleurs, avaient été transformés en logements, apparemment occupés par des réfugiés de l'Est qui nous regardèrent avec méfiance.
Dans l'ensemble, ce voyage ne s'étant pas effectué dans de très bonnes conditions, je me suis promis de ne pas revenir de sitôt.

La création de l'ONU, après la victoire sur le nazisme en 1945 et l'adoption par son Assemblée générale le 10 décembre 1948 de la Charte Universelle des Droits de l'Homme, laissaient espérer que le monde allait s'engager sur la voix de la liberté et de la paix.
Il n'en n'a hélas pas été ainsi. .Franco en Espagne, Salazar au Portugal restèrent en place et après nous avons eu les colonels grecs. La guerre froide s'installa et l'on assista de nouveau à des guerres et à des génocides en Afrique, en Asie, en Europe même, avec les douloureux événements qui ont ensanglantèrent l'ex Yougoslavie.
Du coté des Pays du bloc de l'Est communiste, les goulags et les procès truqués obligeaient à rejeter le système.
La France elle-même empêtrée dans des guerres coloniales en Indochine (Viet-Nam) et en Algérie, a vu son armée avoir recours à des méthodes condamnables raisons pour lesquelles je me suis trouvé au côté de ceux qui s'opposèrent à ces guerres.
Le monde n'étant, décidément pas devenu celui que j'espérais, il me sembla qu'un ancien Déporté devait s'engager pour la Défense des Droits de l'Homme, aussi, j'ai adhéré voilà 35 ans à  Amnesty International ? et pendant plus de 20 années, j'ai été un pilier du groupe auquel j'appartiens.

Pendant toutes ces années, l'Allemagne était devenue une vraie nation démocratique qui n'hésitait pas à se pencher sur son passé et à le condamner.

Quand en 1990, le camarade chargé des pélerinages à l'Amicale de Neuengamme m'apprit que le camp de Blumenthal avait fait placé à un vaste espace vert et qu'un groupe d'anti-fascistes Allemands avaient tenu à y créer un lieu de mémoire en hommage à tous ceux qui étaient morts ou avaient souffert dans ce camp dénommé Bahrsplate, je me suis inscrit pour le pélerinage.
C'est avec émotion que mes trois camarades et moi-même ainsi que les deux veuves qui étaient du voyage, avons retrouvé l'emplacement du camp. Si tout avait disparu, la Weser avec les arbres qui la bordaient et les bateaux, battant pavillons scandinaves qui descendaient le fleuve et passaient non loin de nous, me faisaient rêver à la liberté derrière les barbelés et j'ai été projeté des années en arrière.
A l'opposé, quand je voyais le soir, là-bas, de la lumière dans les maisons que nous apercevions pas très loin, je me disais que malgré les vicissitudes de la guerre, des gens vivaient là une vie de famille normale et j'avais le sentiment qu'un gouffre les séparait de nous, enfermés dans notre enclos de barbelés et traités pire que des chiens.
Après une brève cérémonie au mémorial dont la construction nous a beaucoup touchés, nous avons repris le pèlerinage et je me suis promis de revenir.

De retour en 1992, avec mon camarade Raymond Poirson et Paulette Quairel veuve de René, nous avons pu rester toute la journée à Blumenthal. Nous avons été accueillis chaleureusement par Manfred Haneberg, Renate et Reimer Schlömer, Karsten Ellebrecht et trois autres personnes. Mais ce qui nous a particulièrement émus, c'est la présence d'un petit groupe d'élèves du lycée qui avait accepté de sacrifier une partie de leur dimanche pour nous rencontrer. Cette journée fut riche d'échanges et elle marqua le début d'une solide amitié entre Renate, Reimer, Karsten et moi-même. Il s'en suivit des contacts réguliers et nous avons eu avec mon épouse , le grand plaisir de les recevoir plusieurs fois chez nous en Normandie, ainsi d'ailleurs que Katja Hertz-Eichenrode, notre fidèle amie de la Gedenkstätte de Neuengamme et aussi Gudrun et Reinhart avec leur petite fille Charlotte, jeune couple qui travaille à l'Institut de Sociologie de Hamburg.

En 2000, mon plaisir de retrouver mes amis fut assombri par des traces de croix gammées faites par de jeunes néo- nazis sur les scupltures du mémorial de Barhsplate.et j'apprends qu'une odieuse profanation a eu lieu de nouveau cette année au même endroit. J'espère qu'une enquête sérieuse sera menée et que les coupables seront trouvés et punis.
Même, si ces actes scandaleux et qui nous font mal, sont le fait d'une minorité de jeunes provocateurs à l'esprit troublé et qu'il ne faut pas dramatiser outre mesure, il n'en reste pas moins vrai que l'on voit ressurgir ces idées malfaisantes que l'on croyait bannies à jamais. Il est stupéfiant de constater que c'est dans les pays de l'Est et en Russie qu'ils sont les plus répandus, sous l'?il souvent indifférent des autorités. Espérons que la crise économique actuelle qui a déjà pour effet le retour sur soi et le rejet de l'autre dans de nombreux pays, ne débouchera pas sur un retour général des vieux démons.
C'est pourquoi l'Europe qui se construit difficilement doit être de plus en plus forte et c' est à des jeunes comme vous, mes amis, que je fais confiance pour la bâtir.

Sachez que c'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris l'élaboration de votre projet. Ainsi, plus de soixante années après ce douloureux épisode, des élèves d'un Lycée .technique de Brême s'étaient intéressés à l'histoire du camp de Bahrsplate et avaient tenu à réaliser une oeuvre monumentale symbolique, qui représente après l'enfer, une ouverture sur la liberté et sur la vie...
Les rares anciens du Kommando de Blumenthal à qui j'ai parlé de votre projet vous sont comme moi, très reconnaissants d'avoir réalisé cette oeuvre et mon grand regret est, pour des raisons de santé dues à la vieillesse, de ne pouvoir être présent en ce jour où j'aurais aimé vous dire toute ma gratitude et mon affection.
Merci jeunes amis Allemands, vous êtes l'avenir de votre pays. Chambois, le 6 septembre 2009,
Pierrre Billaux, Matricule 39359 Neuengamme.

Chambois, 29. August 2009
Pierre Billaux, Häftlings-No. 39359 Neuengamme

Schüler Der Alvin-Lonke-Schule bei der
                Einweihung des "Stein der Hoffnung" auf der
                Bahrsplate 2009

Lycéens du Lycée technique Alwin-Lonke-Strasse lisant la liste des déportés morts dans le camp de Blumenthal


Liste des victimes du camp extérieur de Bremen-Blumenthal


Vorname

Name

Häftlings-Nr.

Geburtsdatum

Geburtsort

Geburtsland

Todesdatum

Albert

Achten

44568

19.07.1908

Hasselt

Belgien

30.12.1944

Grégoire

Anastassiades

44532

23.12.1898

Thessaloniki

Griechenland

14.12.1944

Roger

Aubert

39339

08.09.1900

Saint Lô

Frankreich

11.02.1945

Pierre Germain

Avril

37168

20.03.1903

Saint Georges

Frankreich

30.01.1945

Claude

Bellemin

 

27.07.1906

Marseille

Frankreich

07.01.1945

Jean

Besnard

40450

17.06.1925

Sceaux

Frankreich

08.04.1945

Edouard Ferdinand

Biernaux

44658

02.12.1918

Namur

Belgien

30.01.1945

Albert

Blomme

45486

07.04.1905

Diksmuiden

Belgien

27.01.1945

Joseph

Boesmans

44714

14.11.1912

Meensel-Kiezegem

Belgien

02.04.1945

Léonard Joseph

Bongaerts

45005

06.02.1911

Tongerloo

Belgien

26.11.1944

Emile

Boucher

 

14.02.1921

Ecaussines-d'Enghien

Belgien

18.01.1945

Adrien

Bourgade

33536

26.03.1894

Degagnac

Frankreich

16.11.1944

Johann

Broos

44552

02.09.1907

Leuven

Belgien

03.01.1945

Jozef Théophile

Bruers

44730

17.03.1915

Meensel-Kiezegem

Belgien

16.12.1944

Denis

Buelens

 

27.09.1904

Opoeteren

Belgien

27.01.1945

Yves Jean Marie

Cariou

39772

30.12.1902

Gouizec

Frankreich

15.01.1945

Victor

Carron

 

13.06.1923

Seraing

Belgien

06.01.1945

Léon

Choquet

44510

19.04.1898

Masnuy-Saint-Jean

Belgien

06.01.1945

Julien

Claeys

44983

12.02.1893

Lille

Belgien

08.10.1944

Michel Joseph Ghislain

Cloquet

44853

29.07.1921

Gent

Belgien

26.01.1945

Charles

Colyn

44854

11.02.1888

Wetteren

Belgien

19.12.1944

Guillaume

Costermans

44435

29.02.1908

Tienen

Belgien

04.03.1945

Victor

Cucu

 

12.12.1898

Rouen

Frankreich

12.02.1945

Ivo

d'Have

44472

09.01.1895

Adegem

Belgien

24.10.1944

Michel

de Backer

44841

31.07.1904

Zulzeke

Belgien

27.09.1944

Willem

de Brier

45039

15.12.1921

Ixelles

Belgien

27.01.1945

Marcel

de Bruyn

44605

12.10.1889

Meensel-Kiezegem

Belgien

19.11.1944

André

de Bruyne

45266

24.03.1914

Mariakerke

Belgien

31.12.1944

Frans Joseph Louisa Gaston

De Prince

 

19.03.1921

Lier

Belgien

06.03.1945

Gustave

de Reze

44745

01.10.1902

Meensel-Kiezegem

Belgien

28.11.1944

Eugène

De Roeck

45271

16.02.1901

Berchem

Belgien

15.01.1945

Marcel

Delcourt

44481

12.06.1917

Deux-Acren

Belgien

24.01.1945

Léon Victor

Delrivière

44584

13.02.1910

Irchonwelz

Belgien

17.12.1944

Jean Louis

Deneef

44534

09.10.1892

Mechelen

Belgien

23.10.1944

Louis

Deneyer

44812

05.09.1926

Rebecq

Belgien

01.12.1944

Edouard

Descamps

44546

10.03.1921

Chaudfontaine

Belgien

13.11.1944

Rodolphe

Desforges

39998

19.10.1905

Ervauville

Frankreich

22.12.1944

Henri

Detaille

 

27.08.1905

Hasselt

Belgien

04.01.1945

Hyacinthe Gustave

Dethier

44664

16.02.1906

Hasselt

Belgien

09.11.1944

Achille

Dherinnes

44876

03.03.1901

Estaimbourg

Belgien

20.11.1944

Jacques Jacobus Wilhelmus

Dirkx

44557

18.07.1926

Molenbeersel

Belgien

12.02.1945

Nikolas

Dombrowsky

36387

05.07.1899

Sewastopol

Sowjetunion

07.04.1945

Robert

Dossinger

42176

08.06.1914

Straßburg

Frankreich

22.01.1945

Walenty

Drewniak

42597

14.02.1920

 

Polen

29.10.1944

Antoine

Dumont

44903

28.08.1901

Antwerpen

Belgien

17.01.1945

Marcel

Dumont

45054

21.07.1907

Steenkerke

Belgien

18.01.1945

Joris Jozef

Dyselinck

44995

15.03.1926

Eeklo

Belgien

01.04.1945

Félix

Engelbeens

44571

24.07.1925

Ittre

Belgien

21.01.1945

Raymond Gustaaf

Finjaer

 

03.03.1900

Kortrijk

Belgien

18.02.1945

Fernand

Flaam

44474

04.07.1903

Schaerbeek

Belgien

01.03.1945

Eugène

Foultier

36310

27.03.1894

Ris-Orangis

Frankreich

25.12.1944

Kristawos

Freimanis

39142

18.12.1881

 

Lettland

29.11.1944

Marie Antoine

Gache

39430

13.11.1897

Lubersac

Frankreich

03.10.1944

Jean-Pierre

Georges

37375

30.10.1902

Sainte Croix

Frankreich

15.12.1944

Jean Jacques

Gohier

39745

28.04.1927

Veneux-les-Sablons

Frankreich

03.11.1944

Walther

Goosens

45025

12.11.1902

Lokeren

Belgien

15.11.1944

Julien A.

Goossens

45548

26.11.1918

St. Kwintens-Lenn

Belgien

01.04.1945

Jonas

Grakauskis

35918

25.09.1912

Gudaliu

Litauen

16.11.1944

Armand

Grenel

39713

18.03.1890

Maël-Pestivien

Frankreich

18.01.1945

Henri Armand

Gui

 

13.01.1922

Hoboken

Belgien

06.02.1945

Aimé

Guyard

 

03.06.1904

Lyon

Frankreich

20.01.1945

Franz

Hazen

45276

08.03.1920

Borgerhout-Anvers

Belgien

22.01.1945

François

Hellemans

45242

31.01.1916

 

Belgien

01.03.1945

Willy

Hennebert

44832

05.07.1923

Braine-le-Comte

Belgien

23.11.1944

Reindert

Hummel

 

25.12.1914

Amsterdam

Niederlande

02.01.1945

Samsons

Jersovs

41643

06.06.1924

 

Sowjetunion

16.12.1944

Borfirios

Kiriagidis

 

01.01.1906

Karst

Griechenland

30.12.1944

Janis

Kotans

42139

21.10.1926

Klangu

Lettland

15.11.1944

Marcel Emile

Krahe

 

16.06.1924

Menen

Belgien

01.12.1944

Benoit

Laenen

45328

21.01.1900

Berchem

Belgien

20.02.1945

Roger Adolf

Lammertyn

44937

20.09.1922

Gent

Belgien

17.01.1945

August Marie Joseph

Lebeau

45132

22.07.1891

Seraing

Belgien

14.01.1945

Sergejs

Lebedews

39171

23.07.1916

 

Sowjetunion

28.11.1944

Gaston

Lecomte

 

30.11.1919

Allainville

Frankreich

19.01.1945

Johann

Litwinenko

24716

05.03.1923

 

Sowjetunion

10.12.1944

Achille

Louvrier

44893

10.02.1887

Quaregnon

Belgien

11.12.1944

Louis

Maerschalck

45029

11.03.1895

Sint Gilles

Belgien

14.11.1944

Elias

Malamet

63199

07.07.1925

 

Polen

08.12.1944

Roger

Maquet

45624

18.09.1921

Seraing

Belgien

05.12.1944

Johannes Gerardus

Mijnlieff

44529

02.08.1917

Hilversum

Niederlande

23.10.1944

Victor

Montfort

 

18.05.1923

Genk

Belgien

07.01.1945

Roger

Moreels

44873

26.07.1920

Merelbeke

Belgien

24.10.1944

René

Natens

 

21.06.1893

Meensel-Kiezegem

Belgien

28.12.1944

Ferdinand

Nève de Mévergnies

45168

09.09.1887

Gand

Belgien

23.12.1944

Iwan

Nikulin

41497

12.07.1913

Lukoschni

Sowjetunion

05.12.1944

Jean

Peeters

44385

20.01.1917

Ixelles

Belgien

01.10.1944

Jean

Perrier

44603

06.12.1919

Hornu

Belgien

19.10.1944

Jules

Pijpen

44727

30.06.1916

Meensel-Kiezegem

Belgien

01.12.1944

Léon

Potvin

45090

05.03.1923

 

Belgien

20.03.1945

Albert

Priem

44470

29.04.1901

Kortrijk

Belgien

23.12.1944

Albert

Reynders

45261

10.07.1902

Bouillon

Belgien

23.10.1944

Vladislavs

Rimsa

41667

30.10.1914

 

Polen

22.12.1944

Kamiel

Robeyns

44726

10.03.1923

Meensel-Kiezegem

Belgien

07.12.1944

Gaston

Robillard

44694

17.03.1911

Huileres

Belgien

30.01.1945

Olivier

Roland

45170

23.07.1908

Brüssel

Belgien

28.12.1944

Albert

Saive

45622

24.05.1921

Seraing

Belgien

22.12.1944

Oscar

Simon

44813

24.01.1910

Soignies

Belgien

29.11.1944

Panagiotis

Skufakis

32755

01.01.1924

Piräus

Griechenland

09.12.1944

Jozeph

Speeckaert

44846

01.04.1907

Aalst

Belgien

05.01.1945

Georges

Swinnen

45209

24.11.1909

Saint Joris Wingen

Belgien

07.01.1945

Philippe

Tanguy

40356

16.04.1900

Locarn

Frankreich

24.12.1944

Joseph

Theunis

44974

20.03.1921

Hasselt

Belgien

30.11.1944

Karel Florent

Tilborg

44553

07.07.1912

Zaventhem

Belgien

02.01.1945

Joseph Henri

Vaesen

44969

04.10.1920

Hasselt

Belgien

06.12.1944

Franciscus Herman

van de Gaer

447..

31.01.1901

Meensel-Kiezegem

Belgien

25.01.1945

Maurice

van den Hende

44679

25.11.1902

Mons

Belgien

06.02.1945

Edouard

van Duifhuys

44775

05.01.1919

Hoboken

Belgien

13.12.1944

Joseph Léon

Van Gossum

44972

07.03.1921

Hasselt

Belgien

22.03.1945

Gustave

Van Hecke

44711

24.07.1899

Ledeberg

Belgien

02.01.1945

Constant

Van Mieghem

44762

15.08.1901

Zwijndrecht

Belgien

20.12.1944

Jan Baptis Maria Frans

Van Oosterwyck

44676

13.09.1899

Lier

Belgien

27.11.1944

Julien Emile Antoine Jean

Vandekerckhove

44363

02.02.1908

Meulebeke

Belgien

29.11.1944

Edmond

Varlet

44441

07.10.1921

Braine-le-Comte

Belgien

18.01.1945

Valentyn

Vereecken

45035

13.03.1909

Borgerhout

Belgien

03.11.1944

Josef

Vermeiren

44987

28.01.1924

Boechout

Belgien

21.11.1944

Raphael

Vervaet

44993

06.12.1920

Mechelen

Belgien

16.12.1944

Augustinus Joannes

Verwijlen

44554

29.06.1912

Molenbeersel

Belgien

01.04.1945

Lucien Robert Victor Ghislain

Ville

 

22.10.1924

Winterslag

Belgien

09.01.1945

Adolphe

Vitron

36406

14.06.1897

Vico

Frankreich

25.01.1945

Louis Gaston

Voet

44695

01.04.1921

Hachtert

Belgien

29.12.1944

Maurice Julianus

Wanzele

44939

10.09.1907

Gent

Belgien

06.12.1944

Jan

Wojtczak

37247

08.11.1905

 

Polen

29.10.1944

Jakov

Zoric

 

16.10.1914

Aleksandrovo

Kroatien (Jug.)

31.01.1945

nach oben



Projektanschrift: "Internationale Friedensschule Bremen",
Gustav-Heinemann-Bürgerhaus
c/o Gerd Meyer, Kirchheide 49, 28757 Bremen

Tel.: 0421 662115
Mail:gerdmeyer@friedensschule-bremen.de


© 2005 Projekt Internationale Friedensschule Bremen   |   Statistik